[Test] The Cave

The_cave_cover

Après le très décevant Retro City Rampage, l’année 2013 continue à prendre une orientation résolument rétro avec la sortie de The Cave, production conjointe de Sega et Double Fine (Brütal Legend, Costume Quest entre autres).

La dimension rétro est d’autant plus incarnée par l’homme aux manettes de cette nouveauté multiplateformes : Ron Gilbert. Un nom qui parlera peu aux joueurs récents mais qui est synonyme de souvenirs vidéoludiques mémorables pour les joueurs qui ont bientôt 3 décennies de jeu derrière eux : Maniac Mansion, Indiana Jones and the Last Crusade, The Secret of Monkey Island et Monkey Island 2: LeChuck’s Revenge. Ni plus, ni moins que le summun de l’aventure sur écran. The Cave va-t-il s’inscrire dans cette glorieuse lignée ? Il ne reste plus qu’à creuser.

The Cave commence dans le mystère le plus complet, avec 7 personnages (8 si on compte le couple de jumeaux comme 2 personnages) qui attendent votre choix pour fonder une équipe de 3 explorateurs, sans autre explication. Et ce n’est pas la voix off de la Caverne qui va éclaircir les choses (d’ailleurs, parler ne lui facilite même pas la drague, c’est dire). Le décor est planté.

Même si le choix de l’équipe de « spéléologues amateurs » se fait a priori sans aucune logique, il aura cependant des conséquences sur la suite de l’aventure. Composée d’une trame commune aux 7 personnages, chaque protagoniste dispose de son « monde » dédié. L’exploration de notre caverne loquace n’est qu’un prétexte à découvrir l’histoire de chaque avatar. Entre le chevalier usurpateur, l’aventurière écartée par ses compères, la voyageuse dans le temps revancharde, les jumeaux maléfiques, le fermier mal dégrossi, le moine avide et la scientifique (seul personnage non joué au jour de la rédaction de ce test), on ne peut pas dire que c’est très glorieux. On n’oubliera pas la Caverne, personnage à part entière, qui ne manquera de nous prodiguer son analyse de la situation au fur et à mesure de l’évolution des 7.

The_cave_01

D’un point de vue graphique, c’est relativement classique mais assez efficace. L’ambiance générale de la caverne est constituée pour l’essentiel de galeries et de lacs intérieurs ou boyaux sous-terrains. La différence se fait dans les mondes de chacun des personnages qui dispose de son univers à part entière : château fort, princesse et Excalibur à extraire pour notre chevalier, portails spatio-temporels allant de la préhistoire au 28ème siècle pour la voyageuse dans le temps, pyramide égyptienne rempli de pièges pour l’aventurière, fête foraine pour le fermier, etc, … il y a un vrai effort consenti pour immerger le joueur.

The_cave_04

The_cave_03

Sur le plan du gameplay, The Cave se résume pour l’essentiel à la résolution de puzzles. D’ailleurs, Ron Gilbert reste convaincu que tous les jeux d’aventure gravitent autour d’une petite dizaine de puzzles, refondus ou réinterprétés différemment selon les jeux concernés mais demeurant dans leur esprit général (son interview dans IG Magazine #24 est très instructive). Les énigmes mettent l’accent sur l’esprit d’équipe et il est impératif de conjuguer les efforts du trio pour avancer dans le jeu. On bascule facilement d’un personnage à l’autre en choisissant gauche, bas ou droite sur la croix directionnelle du pad. On saute, on franchit des plateformes sans devoir faire des sauts millimétrés. Pas d’interface ou de mouvements superflus, on va à l’essentiel : l’aventure !

The_cave_05

On pourrait se poser la question du choix d’un personnage plutôt qu’un autre si, au final, cela se résume à activer des leviers ou appuyer sur des boutons pour débloquer le passage. Mais la différence se fait avec le pouvoir spécial dont dispose chaque protagoniste : bulle d’invincibilité pour le chevalier, fouet pour s’agripper pour l’aventurière, téléportation à quelques mètres pour la voyageuse dans le temps ou dédoublement pour les jumeaux maléfiques, …, chaque spécificité permettra de débloquer certains passages et d’avance plus facilement.

D’ailleurs et pour être tatillon, on reprochera le manque de challenge de The Cave. On n’y meurt pas, la Caverne vous le rappelant à l’occasion, d’une chute a priori mortelle. Pour les vieux de la vieille, les énigmes sont loin d’être insurmontables et on bouclera une exploration en 3-4 heures sans forcer. A contrario, le nombre de personnages, les secrets des histoires individuelles des protagonistes et les trophées offrent une replay value d’au moins 3 fois le jeu.

Clipboard01

En conclusion, même si on pourrait taxer la dernière production de Ron Gilbert de s’en tenir aux vieilles recettes maintes fois éprouvées, on ne pourra que constater la maestria dans l’exercice. Au-delà d’une réalisation aux petits oignons, la différence se fait dans les détails. Un humour omniprésent mais toujours fin, des personnages attachants, des thèmes universels (mort, rédemption, vengeance, dépassement de soi, …), des énigmes que l’on prend plaisir à résoudre sans aide, à l’ancienne, The Cave fait mouche.

A un peu plus de 12€, aucune excuse pour ne pas partir l’explorer.

Les plus :

  • une belle aventure avec des personnages attachants
  • les énigmes et l’utilisation intelligente du trio d’explorateurs
  • une bonne replay value

Les moins :

  • pas beaucoup de challenges pour les habitués
  • l’aventure manque un peu de longueur : on en voulait plus !
  • la bande son relativement discrète
Publicités

À propos de JackmLantern

https://jevisdhauts.wordpress.com/

Publié le 4 février 2013, dans Test, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 8 Commentaires.

  1. On y trouve l’esprit de Maniac Mansion ? Ça reste un de mes jeux préférés tout support confondu

  2. Joli article qui donne bien envie. Je vais surement le prendre pour ma chérie vu qu’elle est fan du genre.

  3. C’est un bon petit jeu sympa… Il plaît aux vieux joueurs et aux plus jeunes. Mon fils de 7 ans s’amuse avec. Moi aussi.
    T’as mis le turbo sur ton blog… Respect !

  4. Je viens de tester la démo, concept assez sympa je dois dire. Merci pour ton test, j’attends tes impressions sur Ni no Kuni !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :