[Test] Alice Madness Returns

Bon, on sort un peu de l’univers rétro pour un petit test effectué par votre serviteur de Alice Madness Returns sur PS3.  L’opus présent fait suite à l’excellentissime American McGee’s Alice, sorti en 2000. Il aura donc fallu attendre quelques 11 années pour qu’Alice reprenne du service.

Le pitch du jeu est on ne peut plus connu si tant est que l’on connaisse, entre autres, l’œuvre de Lewis Carroll, auquel on ajoutera une petite note horrifique. Au-revoir la blondasse Disney ou burtonnienne, bonjour la brunette dérangée.

4 novembre 1894, après le massacre de ses parents dans un effroyable incendie, Alice se retrouve internée à l’asile de Rutleges, soignée durant 10 années par un médecin détraqué du nom de Hieronymous Q.R. Wilson. Alice souffre de la mort de ses parents et le docteur découvre qu’elle connaît un monde fantastique venant de sa propre imagination de petite fille (merci wiki). Pour éviter de demeurer dans la folie, Alice se met en quête de trouver les raisons de l’incendie qui a coûté la vie à sa famille.

On naviguera donc entre un Londres de fin de XIXème siècle (rapidement) et le pays des merveilles (véritable théâtre des aventures de Alice).

Très sombre (au propre comme au figuré), l’univers est clairement adulte. Pas de gentil lapin de Pâques, ni de chat violet farfelu. Dans ce pays des merveilles, on se prend des coups de lame aiguisée et on explose dans une gerbe de sang… en n’oubliant pas de laisser ses molaires pour qu’Alice puisse upgrader ses armes.

L’univers graphique est magnifique. Très décrié par certains sites, les graphismes sont à mon sens sublimes (en même temps, en tant que retrogamer, les pixels, ça ne me fait pas peur). Certains passages font clairement penser aux séquences de l’Epouvantail dans Batman Arkham Asylum. Le décorum est bien pensé et assez harmonieux. L’accent mis sur le côté onirique et malsain de l’imaginaire d’Alice est parfaitement maitrisé.

Les phases de combat sont plutôt bien pensées et les esquives bienvenues. D’ailleurs, ces dernières sont matérialisées par une nuée de papillons bleus de toute beauté. La progression se fait crescendo en difficulté et on accède à des armes de plus en plus puissantes.

Le gameplay est intuitif et faire évoluer Alice se fait avec une facilité déconcertante. D’ailleurs, c’est préférable vu que EA a eu la fâcheuse idée de fournir un livret sommaire d’une page en noir et blanc avec la photo du pad PS3 et quelques commandes du jeu. Lamentable.

Pour le reste, pas de difficultés : enchainer les doubles sauts, planer un instant pour rebondir et atteindre des passages a priori trop hauts où se nichent bien souvent des items à collecter, passer en mode tir avec la poivrière en lockant des ennemis, se fait sans s’emmêler les pinceaux. Et quand vous êtes sur le point de succomber, Alice entre dans une rage meurtrière pour tout dévaster et mieux survivre à sa propre folie.

A contrario, quelques points pêchent : la gestion de la caméra est parfois approximative et les phases où Alice doit rapetisser pour passer par des passages secrets matérialisés par des serrures, sont complexifiées par un placement hasardeux qu’il faut rectifier à coups de sticks R3. L’habillage sonore est, quant à lui, trop discret à mon goût.

Au final, je suis sous le charme de ce délire vidéo-pathologique qui m’aidera à attendre le prochain univers sombre de Batman Arkham City.

Les plus :

  • un univers graphique sombre qui colle parfaitement à l’ambiance
  • un gameplay intuitif
  • American McGee’s Alice offert en téléchargement

Les moins :

  • des passages trop sombres qui nuisent à la lisibilité
  • une caméra perfectible
  • une notice de jeu indigente
Publicités

À propos de JackmLantern

https://jevisdhauts.wordpress.com/

Publié le 14 juillet 2011, dans Test. Bookmarquez ce permalien. 9 Commentaires.

  1. Vraiment attiré par la direction artistique du jeu, mais j’ai cette impression (appuyé par la presse) que le gameplay est bourré d’imperfections. Et çà freine mon achat pour le jeu.

  2. J’ai lu, comme beaucoup d’entre nous, le test de GK et franchement, je ne me retrouve pas du tout dans leur vision du jeu. Si tu peux l’essayer, je suis certain que tu seras convaincu. C’est efficace (pas révolutionnaire, je le concède) et l’ambiance horrifique est vraiment aux petits oignons. Après, il n’y a pas de jeu parfait mais je persiste, le gameplay est très sympa.

  3. un jeu qui m’attire aussi par son univers, même si il semble y avoir des petits soucie comme souvent dans ce style de jeu de camera, des parties sombres ca c’est plus gênant pour moi qui joue souvent le soir et dans le noir mais faudra quand même que je me le fasse une fois mon rattrapage des gros titres effectué.
    j’ai raté quelques mises a jour sur ton site, le petit lien sur ton ancien blog gamekult m’a permis de retrouver le chemin, allez hop dans les favoris ! 🙂

    • Welcome back donc. ^_^

      Il est possible de régler l’obscurité de l’écran mais ce côté sombre participe vraiment de l’ambiance. La caméra est facilement réglable et on prend vite le coup de rectifier avec R3.

      Vraiment à essayer. 😉

  4. Le premeir était une bonne surprise. Celui-ci fait daté techniquement mais conserve sa patte artistique de Mcgee, dommage qu’il soit si dur.

  5. J’avoue que j’ai du mal à voir où le jeu est daté : l’animation est fluide, le gameplay est intuitif, les mécanismes de jeu sont variés. Ok, c’est de la plateforme avec de la recherche d’items avec des combats au couteau ou des gunfights. Mais bon, beaucoup de jeux sont fondés sur les mêmes mécanismes et on ne les taxe pas pour autant d’être datés.

    Sur la difficulté, je suis en mode difficile (et il existe encore un mode cauchemar, je crois) et crois-moi, c’est tout à fait accessible. 😉

  6. J’avais adoré le premier basé sur le moteur de Quake 3, et celui-ci me tente vraiment mais, malheureusement, il viendrait s’ajouter à une liste bien trop longue de jeu à faire.

    Tu n’as rien dit sur les musiques ? Pourtant ces dernières étaient excellente dans le premier opus.

    • @ dentifritz : si, si, j’en ai parlé. 😉

      Trop discrètes à mon goût. Ca s’apparente plus à mon sens à de la musique d’ambiance qu’à une véritable musique.

      Edit : je viens de voir que le nouveau thème n’adapte pas les images selon la taille de la colonne. Argh !

  1. Pingback: [Blog] Je Vis Des Hauts a 1 an ! « Je Vis Des Hauts | Retrogaming, chiptunes, PS3, Bluray, Séries, …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :